Une nouvelle amie

Synopsis :

A la suite du décès de sa meilleure amie, Claire fait une profonde dépression, mais une découverte surprenante au sujet du mari de son amie va lui redonner goût à la vie.

 

Mon avis : Volodia

Dans ce film, l'auteur tente de nous sensibiliser à la transsexualité, par le biais d'un récit. Celui d'un homme qui, après le décès de son épouse survenu lors de la mise au monde de son bébé, se métamorphose en femme. 

Après le temps de la dépression consécutive au deuil et à la difficulté d'être à la fois père et mère. David, pour calmer son bébé se travestit en son épouse. Surpris par Claire l'amie de sa femme venue lui rendre visite, c'est l'excuse qu'il lui donne. Celle-ci trouvant l'idée malsaine s'enfuit !

Et puis l'amitié étant ce qu'elle est, Claire revient et David lui fait des confidences. Cette sensation qu'il a toujours eu d'être une femme, ce travestissement  connu et accepté  par son épouse.  Cette nouvelle identité qu'il veut assumer aux yeux de la société. C'est pourquoi David demande à Claire de l'aider dans sa transformation. Réticente, mais fascinée, elle finit par accepter.

Malgré les critiques dithyrambiques de la presse lgbt, je n'ai pas aimé !  Malgré les efforts de François Ozon, difficile de rentrer dans l'histoire. David évoluant en robe, perruque, talons fait plus penser à un travesti qu'à un transsexuel. Tous les stéréotypes de l'homme travestit en femme sont réunis en raison d'une féminité portée à outrance par des artifices de femmes fatales que l'on croise rarement dans la réalité. A croire que la féminité ne se compose que de clichés. Cette vision outrancière de la femme fait que le film peine à s'interroger sur la notion de féminité et l'attrait qu'elle suscite chez David.

Il en ressort que David ne se déguise plus en Virginia pour oublier qu'il porte un deuil et pour élever son bébé, mais pour tout simplement pour devenir la femme qu'il a toujours cru être.