03 septembre 2014

Yves Saint Laurent

10354085_522275384570251_9178617665981099942_nsynopsis :

Paris 1962. A tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à prendre en main la destinée de la prestigieuse maison Christian Dior.

Lors de son premier défilé triomphal, il fait la connaissance de Pierre Bergé, rencontre  qui va boulverser sa vie.

Amants et partenaires en affaires, les deux hommes s'associent pour créer leur propre maison de couture. Tourmenté par ses obsessions et ses démons intérieurs, Yves Saint Laurent s'apprête à révolutionnerle monde de la mode.

 

Mon avis : Volodia

Ce film nous montre les débuts professionnels de Yves Saint Laurent, son ascension dans le monde de la Haute Couture, mais également sa fragilité psychologique pour qui la seule chose importante est de dessiner, d'habiller des femmes. Par ailleurs, Il ne faut pas oublier que Yves Saint Laurent a été le premier créateur de Haute Couture à s'intéresser au prêt-à-porter

Ces angoisses,  qui notamment aux moments des collections, finiront par le pousser vers la drogue et l'alcool. Nous apprenons à faire connaissance avec Pierre Bergé, homme de l'ombre emblématique qui toute sa vie aimera Yves Saint Laurent, s'arrogera le droit  de décider à sa place, le protègera de tout et de tous pour finir par lui fermer les yeux.

Non que Yves Saint Laurent ait toujours été clean avec Pierre Bergé, de nombreux coups de canif dans le contrat ont eu lieu et Pierre Bergé a du avaler de nombreuses couleuvres notamment lorsqu'il devait récupérer des lettres écrites par Yves Saint Laurent à des "gigolos"...Mais bien que tumultueuse leur relation tant professionnelle que personnelle  perdurera plus de 40 ans.

Ce film nous fait pénétrer non seulement dans les coulisses de la Haute Couture avec l'effervescence des collections, mais aussi dans l'intimité du couple dont la discrétion a sans doute fait beaucoup fantasmer. Ils étaient des hommes comme les autres, avec leur joie et leur peine. A présent, il ne reste que Pierre Bergé pour se souvenir de ce qu'il est advenu et reste de leur vie.

Très bien interprété, les acteurs sont sublimes, le film est fidèle au livre "Lettres à Yves" de Pierre Bergé et à reçu son aval, ce qui est important. Alors bien sûr, on peut parler de partialité mais bon !

Posté par chezVolodia à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28 juin 2013

Les invisibles - Sébastien Lifshitz

affiche-Les-invisiblesSynopsis :

Des hommes et des femmes, nés dans l'entre-deux guerres ; ils n'ont aucun point commun sinon d'être homosexuels et d'avoir choisi de le vivre au grand jour à une époque où la société les rejetait.

Ils ont aimé, lutté, désiré, fait l'amour. Aujourd'hui, ils racontent ce que fut cette vie insoumise, partagée entre la volonté de rester des gens comme les autres et l'obligation de s'inventer une liberté pour sépanouir. Ils n'ont eu peur de rien.

 

Mon avis : Volodia

 

Disque 1

Je tenais à voir ce film non seulement en raison du battage médiatique fait par "la communauté homosexuelle", mais surtout en raison de ce que je considère comme la mémoire homosexuelle.

Ce film comme il est annoncé, nous fait part des témoignages de personnes hommes/femmes, de milieux sociaux différents, mais vivant tous à la campagne. Ces personnes se repenchent sur leur passé qu'elles aient été militantes avec le FHAR (Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire), ou féministes avec la libération des femmes, pour la pilule, l'avortement, ou plus simplement des personnes essayant de vivre comme tout le monde une homosexualité condamnée et réprimée par la société.

Ce qui m'a ému dans ce documentaire, c'est que ces hommes et ces femmes d'un âge avancé, ne renient et ne regrettent rien de leur passé, si ce n'est pour certains de n'avoir pas accepté plus tôt leur homosexualité et d'avoir perdu quelques précieuses années en honte et interrogations. Pour les personnes ayant milité pour leur droit à vivre et à aimer qui il ou elle voulait, ce passé de militant a beaucoup influencé leur vie et elles ne sont guère prêtes à y renoncer encore à l'heure actuelle.

La plupart sont encore en couple après plus de 20 ans, seule la mort les ayant séparé. Je ne puis être qu'en admiration pour cette fidélité à un compagnon ou une compagne. De nos jours, alors que la vie homosexuelle est beaucoup plus facile à vivre tant professionnellement que socialement, nos histoires d'amour se résument plus souvent à des histoires de sexes. Nous aurions beaucoup à apprendre d'eux.

 

Disque 2 :

Scènes inédites

Entretien avec Sébastien Lifshitz : qui explique comment le projet de ce film à pris naissance, comment il s'est concrétiser et les difficultés qu'il a eu a le réalisé, en raison de désistement et de contraintes matérielles relatives essentiellement à l'image à représenter.

Diaporama : "les invisibles : homosexuels et amoureux, au début du siècle dernier"

Bande-Annonce.

 

 

Posté par chezVolodia à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 février 2013

Homo Politicus - de Aleksandar DZERDZ écrit avec Jean-Luc ROMERO

Le film :

dvd_homo_politicus_180x

Synopsis :

Dans les années 1960, la France voit réapparaître la pénalisation de l'homosexualité et son classement parmi les maladies mentales. Cette période va marquer le début d'une lutte contre la République et ses représentants pour faire valoir le droit à l'égalité, de la dépénalisation au mariage, en passant par les années sida et le PACS. Homopoliticus donne la parole aux acteurs politiques, médiatiques et associatifs majeurs qui racontent, à travers leur combat, une histoire politique.

 

Témoignages, 1973, 1979, 1983 :

Quelles pressions, morales et physiques, subissent les homosexuels au quotidien ? Pourquoi éprouvent-ils tant de difficultés à s'assumer ? Ces témoignages intimes sont issus des rares émissions de télévision ayant osé aborder le sujet. Il faut noter que la première d'entres elles est une émission médicale.

 

Débats Politiques, 1979 :

Deux ans avant ce débat, un amendement est proposé pour "l'abolition de toute mesure répressive à l'égard de l'homosexualité". Le sénateur  Henri Cavaillet et le député socialiste Raymond Forni sont les deux seuls politiciens à avoir accepté de débattre de la question à la télévision pour tenter de changer l'opinion publique.

 

Le pasteur Joseph DOUCE, 1983 :

Fondateur du Centre du Christ Libérateur, un centre pastoral d'aide aux minorités sexuelles, Joseph Doucé est alors le seul ecclésiastique en France à bénir l'union de couples homosexuels.

Inclus : un édito de Jean-Luc Roméro.

 

Mon avis : Volodia

La longue marche des gays aura durée 50 ans. Ce documentaire est passionnant, instructif, car non seulement il évoque la situation des lgbt tant sur la scène publique que sur la scène privée avant la lutte pour l'égalité des droits. Vie faite de honte, de secret qu'il faut préserver à tout prix pour ne pas être en but aux moqueries, aux violences, aux frustrations de toutes sortes, sous peine d'avoir à affronter l'opprobre, et la mise à l'écart par la société, voire sa propre famille.

Ce documentaire m'a touché à plus d'un titre. N'étant pas né à l'époque de la répression par la maréchaussée sur les lieux de drague, et ayant toujours pu assumer la sensibilité qui est la mienne, que ce soit en famille et/ou dans mon entourage professionnel et mes relations, le décalage entre ces évènements et ce que nous vivons aujourd'hui représente un fossé au moins aussi large que le grand canyon.

Quand aux années sida, là encore, j'en ai été peu affecté. Né en 1980 et encore enfant lors de l'hécatombe, je n'ai pour tout souvenir que ce que j'entendais dire autour de moi : "Punition divine", "résultats de leur perversité", "à ne surtout pas fréquenter, on ne sait jamais, ils sont tous malades", "surtout ne pas boire après lui, laver la vaisselle à l'eau de javel". L'avantage de ces réflexions entendues à tort et à travers, c'est que je me suis protégé dès que j'ai été sexuellement actif.

N'étant pas militant, ce film m'a beaucoup appris et c'est sous un autre jour, plus favorable du reste, que j'ai écouté ces célèbres noms de la politique se positionner en faveur de l'égalité des droits. Notamment Roselyne Bachelot, qui met le doigt là ou ça fait mal, à savoir, que beaucoup des politiques de droite voulaient pas du mariage gays et/ ou la reconnaissance des couples homoparentals au motif que : l'enveloppe budgétaire se révèlerait extrémement coûteuse.

Madame, je vous remercie de votre franchise et de votre soutien.

Ce film documentaire peut être vu pas tous les publics.

 

Posté par chezVolodia à 14:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,