21 juillet 2012

Un champ d'amour - Jean Genet

un chant d'amour jean genet

Interdit au moins de 18 ans - Réservé à un public très averti

Synopsis :

Depuis leurs cellules, deux prisonniers arrivent à communiquer grâce à un trou percé dans le mur qui les sépare. Avec la complicité silencieuse du gardien qui les observe par le judas, ils vont établir un contact amoureux et érotique en utilisant divers objets tels qu’une cigarette, une paille…

Mon avis : Volodia

Très court : 25 mn. Film en noir et blanc, sans paroles,  dans un décor et un dénuement sordides (la paille de la paillasse servant d'intermédiaire entre les deux prisonniers, l'ongle noir de pied arraché par l'un des détenus). 

C'est à travers les yeux, les gestes des acteurs que nous ressentons leurs émotions, leurs sentiments.

Le jeu y est subtil et puissant. L'amour entre deux hommes y est sublimé, ainsi que la perversité ambiguë du gardien (qui par jalousie envers un des prisonniers, se fait j... en pointant un révolver dans la bouche de l'autre).

Certaines scènes, crues, n'arrivent pourtant pas, à mon sens, à faire basculer ce film dans la pornographie, tellement cet amour est beau malgré l'endroit et les conditions dans lequel il se déroule.

Si j'ai eu du mal à comprendre, dans les oeuvres de Jean Genet, ou résidait sa poésie, elle prend tout son sens ici !

Posté par chezVolodia à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 juillet 2012

La Leon - Santiago Otheguy

 

la_leon,1

Poême hors du temps, composé au fil de l'eau de plans d'une beauté poustouflante, La Leon capte tout en finesse la violence des sentiments et la sensualité des corps des oslenos, les habitants du labyrinthe de roseaux du vaste et magnifique  delta  du Parana, en Argentine. Santiago Otheguy  a reçu une mention spéciale à Berlin en 2007 pour ce premier long métrage envoûtant aux allures de western en noir et blanc.

Synopsis :

Delta du Parana. Alvaro mène une vie humble  et solitaire, la pêche et la coupe des roseaux constituant son labeur quotidien. Son homosexualité et sa passion pour les livres font de lui un personnage à part parmi les habitants de la région. Le seul lien entre ce territoire et la ville est constitué par "El Leon".

Ce bateau-bus incontournable est piloté par El Turu, un homme violent et autoritaire, qui voit la différence d'Alvaro comme une menace et semble déterminé à le harceler... 

Mon avis : ChezVolodia

J'ai eu un peu de mal à entrer dans le film, en cause, sa lenteur, le peu de dialogues. Toutefois, au fur et à mesure des images on sent la violence qui monte créscendo, par le jeu des regards, des silences, l'apogée de cette violence sera terrible. Ce film est sublime, il mérite qu'on "s'y accroche" !

 

Posté par chezVolodia à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 avril 2012

Homme au bain - Christian Honoré

185614_8d84750e6079baf268a2e9f09419166eSynopsis :

Entre Genevilliers et New york, Omar et Emmanuel ne s'épargnent rien pour apporter l'un à l'autre la preuve qu'ils ne s'aiment plus

Mon avis : Volodia

Un homme désemparé par la rupture d'avec son petit ami noie sont chagrin dans l'alcool et le sexe.

Hum oui, je n'ai sans doute rien compris  à ce film d'auteur ce qui explique que je m'y suis un peu ennuyé. A part la superbe plastique de François Sagat, je n'y ai rien trouvé d'intéressant. J'avais entendu parler de cet acteur de films porno mais je ne l'avais jamais vu jouer. Il joue bien, il a un très beau physique, très sensuel, très attirant, c'est à mon avis tout l'intérêt de ce film et ce qui le "rattrape".

 

 

Posté par chezVolodia à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mars 2012

La naissance des pieuvres - Céline Sciamma

Naissance-des-pieuvres6Synopsis :

En assistant à un spectacle de natation synchronisée, Marie 15 ans a une véritable épiphanie. Elle développe une obsession pour cette étrange discipline. A moins que ce désir n'en cache un autre plus souterrain, pour cette fille la star des nageuses, Florianne...

Dans la solitude de leurs chambres, les filles de 15ans ne sont pas ce que l'on croit...

Mon avis : Volodia

Trois adolescentes dans les vestiaires d'une piscine. Au départ deux copines, Anne, la grosse et complexée, l'autre, Marie, plutôt maigre, bref toutes les deux loin des canons de la beauté et de la séduction. Floriane la troisième, objet de désir pour Marie est blonde, bien faite, la star de son équipe de natation, phantasme de tous les mâles à qui elle met le feu aux pantalons. On la prend pour une allumeuse, une fille facile pour ne pas dire une "salope", alors qu'elle est vierge et a du mal à assumer le rôle de lolita qu'on lui suppose.

Bientôt une brouille intervient entre Anne et Marie, en cause Floriane pour laquelle Marie, par amour et envie de se rapprocher d'elle, accepte de servir d'alibi lorsque celle-ci fleurte et/ou rencontre ses courtisans.

Chacune malgré leur peur, rêve de quitter leur statut d'adolescente pour passer à celui d'adulte. Toujours est-il que contrairement à ce que l'on aurait pu penser, c'est Anne, la grosse qui acquière ce statut en premier, pendant que .....

Malgré le fait que ce film est eu plusieurs récompenses  prestigieuses (nominations 3 césar), (Prix Louis-Delluc 2007), des critiques élogieuses par Têtu magazine. Je m'y suis ennuyé. Ma répulsion du corps féminin en est-elle la cause ? Car il est vrai que je ne suis pas arrivé à ressentir la moindre sensation, la moindre émotion de ce que pouvait éprouver ces jeunes filles. J'ai attendu la fin du film avec impatience et un soupir de soulagement. Ouf je l'avais vu parce qu'on m'en avait parlé et bon, bof !

Posté par chezVolodia à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mars 2012

Ylan - Bruno Rodriguez-Haney

3700246903178Synopsis :

De retour d'un voyage aux Etat-Unis, David est heureux à l'idée de retrouver son ami Ylan, un jeune beur rencontré quelques mois plus tôt, au hasard d'une "promenade" sur les quai d'un canal parisien. Il ignore pourtant ce qui l'attend alors...

Plus tard, filmé par un jeune journaliste, David parle de son homosexualité et raconte, sans langue de bois, l'histoire de sa quête d'amour, dans les endroits chauds de la capitale, l'histoire de sa rencontre avec Ylan.

Amour, sexe, hétérosexualité, homosexualité... Mais que pendenbt donc les gens de la sexualité des homos, de leur rencontre ? Y-a-t-il une manière d'aimer plus qu'une autre ?

Tel est le fil conducteur du premier film de Bruno-Haney, pour lequel il a également signé la B.O. et le scénario. Ce film inspiré du roman du même nom (Edilivre-Editions A Paris), nous fait voyager au coeur d'une réalité... L'amour entre des personnnes du même sexe existe bien ! Une histoire racontée avec humour, mais également avec beaucoup de sensibilité.

Mon avis : Volodia

Ce film est tourné à la façon d'un documentaire, avec des questions réponses, des retours en arrière racontant leur rencontre, leur histoire. Je n'ai pas vu d'humour dans ce film mais beaucoup de sensibilité, David parle de son amour pour Ylan, de ses sentiments les plus intimes et contrairement à ce que certains pourraient penser, rien de scabreux, rien de porno. Toutes les questions sont abordées, aucune n'est éludée. Tout est dit, sans fausse pudeur, mais avec justesse et une certaine délicatesse, dans le respect de soi, de son partenaire et des "autres". Ce film est à voir.

Posté par chezVolodia à 21:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 janvier 2012

Comme ils disent - Pascal Rocher - Christophe Dauphin

comme_ils_disent_imagesfilm-2c24fDes "scènes de ménage" où tous les couples se reconnaitront. Phil et David ont la quarantaine et sont ensemble depuis plusieurs années. L'un est prof d'histoire-géo, l'autre est agent artistique.

Ils nous livrent leur agenda :Ils vont au théâtre, dînent en amoureux, visitent un appart, installent la netbox, font les magasins, sont invités, se séparent, se retrouvent, vont à la mer, vont au Louvre, font du baby-sitting...

Un couple comme les autres finalement ? oui... enfin presque...

 

Mon avis : Volodia

Quelques clichés sur les gays, pascal le moustachu est plus "féminin" et nous assistons à un défilé de mode comme doivent en raffoler toutes bonnes tapioles qui se respectent. et des allusions un peu lourdes à la chanson de Charles Aznavour.

Mais dans l'ensemble, on rit beaucoup, pas de temps mort et la plupart des dialogues sont bien trouvés.  Reste évidemment qu'une vidéo est différente du spectacle sur scène (que nous avons vu avec ambiance dans la salle) mais ça se laisse regarder de bon coeur.

Posté par chezVolodia à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2012

L'homme Blessé -de Patrice Chéreau - Hervé Guibert

L-Homme-blesseSynopsis :

Henri, adolescent solitaire, rêve de changement. Cest un soir d'été caniculaire, n accompagnant sa soeur à la gare, que le déclic se produit. Au hasard de ses déambulations, il croire Jean, personnage ambigu et captivant, par lequel il se sent irrésistiblement attiré.

Sous l'emprise de cet homme, il va se perdre dans les émandres d'une violente fascination...

 

Patrice Chéreau  a lui-même écrit : L'homme Blessé n'et pas un film sur l'homosexualité. C'est le récit d'un coup de foudre, d'une passion, de l'apprentissage de la vie et de la trahison : une oeuvre troublant et audacieuse qui a déchainé les passions.

  

Mon avis : Indiangay

Je n'ai pas aimé ce film, sans doute ne l'ais-je pas compris. La violence qui s'en dégage me dégoûte, elle y est montrée dans toutes ses formes. Les lieux ou se passent l'action, les scènes, les éclairages. Ce film montre le plus sordide de l'homosexualité.

Mon avis : ChezVolodia

Ce film, qui relate, peut être, un apprentissage d'un jeune qui s'ennuie, nous montre la triste réalité des gares, avec ses amours tarifés dans les tasses, la drogue, la violence. bref, glauque de chez glauque. M'étonne pas de Chéraud spécialiste en la matière. A se demander si l'amour homosexuel peut exister et se vivre en dehors du sordide...

 

 

Posté par chezVolodia à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 octobre 2011

Tomboy de Cécile Sciamma

tn_tomboy_21239_1759501742Laure, une fillette de dix ans, emménage dans un nouveau quartier ni cossu ni défavorisé. Elle a une petite sœur, un papa et une maman, enceinte jusqu’au cou. Voilà pour la donne sociologique et psychologique.

Laure a les cheveux courts, porte un short et un débardeur et, quand elle fait connaissance avec Lisa et la bande d’enfants de son immeuble, elle dit s’appeler Michaël et se fait passer pour un garçon. D’où ce titre en anglais, ‘Tomboy’, qui signifie « garçon manqué ».

La scénariste et réalisatrice Céline Sciamma ne cherche pas d’explications à cette imposture. Elle traite ce pitch de drame intimiste comme un polar. D’ailleurs, la véritable identité sexuelle de Laure/Michaël (Zoé Héran, stupéfiante) n’est révélée au spectateur qu’au bout d’un quart d’heure, à la manière d’un twist de scénario hollywoodien.

A partir de là, on est tenu en haleine, inquiet de savoir comment la fillette va pouvoir jouer son rôle de garçon, à la manière d’une infiltrée dans un monde de mafieux. En l’occurrence, le monde des garçons, avec ses rites. Une envie de pisser dans la nature, impossible à assouvir sous peine de se dévoiler, entraîne un suspense digne de Scorsese. Une baignade collective appelle un subterfuge : un zizi en pâte à modeler fait illusion dans le maillot de bain.

Comme dans ‘Naissance des pieuvres’ et ses amours adolescentes homosexuelles sur fond de natation synchronisée, Céline Sciamma excelle à chorégraphier les corps de ses jeunes acteurs lors des matchs de foot qui rythment ces vacances d’été ludiques et ensoleillées. Quant à la romance entre Lisa et Laure/Michaël, elle rappelle que le vert paradis des amours enfantines est aussi un terrain propice à la confusion des sexes. Et fait donc de ‘Tomboy’ un film de (trans)genre délicat et troublant.

Posté par chezVolodia à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2011

La Mauvaise Education - Pedro Almodovar

la_mauvaise_educationSynopsis :

Deux garçons, Ignacio et Enrique, découvrent l'amour, le cinéma et la peur dans une école religieuse au début des années 60. Le père Manolo, directeur de l'institution et professeur de littérature, est témoin et acteur de ces premières découvertes.

Les trois personnages se reverront à la fin des années 70. Ces rencontres marqueront la vie et la mort de l'un d'entre eux.

 

Mon avis : Volodia

Avec ce film,  Almodovar signe sans doute son film le plus noir.  On retrouve de certains thèmes traités par le cinéaste lors de ces précédents opus: Homosexualité, amour, trahison et mensonge. Si "Tout sur ma mère" ne comptait presque que des rôles féminins et bien là c'est l'inverse c'est un monde entièrement masculin qui nous est présenté.

 Le film est survolé par la prestation à la fois angélique et perverse de gaël garcia Bernal, ce sentiment est renforcé par la mise en scène qui le sacralise un peu plus. Il faut signaler que ce film bénéficie d'un scénario vraiment remarquable. On peut ne pas aimer, mais force est de constater qu'on a affaire à une oeuvre de grande qualité

 

Posté par chezVolodia à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mars 2011

The Nomi Song

Klaus Nomi a été découvert par David Bowie.

TheNomiSong_base

Avec son look d'extraterrestre et sa voix de Diva, Klaus Nomi était une des pop stars les plus étranges des années 80. Personnage culte du milieu underground new-yorkais, il chantait sa musique pop à la façon d'un air d'opéra, initiant ainsi les nightclubbers à l'art lyrique.

Ving ans après sa mort, les réactions suscitées par Klaus Nomi restent inoubliables. Entre documentaire, film de musique et de science-fictions, The Nomi Song est un film fascinant et inventif qui vous plonge dans un univers musical déjanté.

Ce film a obtenu le prix Teddy Bear au Festival du film de Berlin.

 

 

 

 

Posté par chezVolodia à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]