14 mars 2018

Yentl - Film avec Barbara Streisand

YentlSynopsis :

A la mort de son père, la jeune Yentl enfreint les règles de la Torah en se déguisant en garçon afin de parcourir la Pologne et étudier le Talmud. Elle rencontre Avigdor dont elle tombe amoureuse, mais ne peut lui révèler sa véritable identité, car Avigdor doit épouser la belle Hadass. Pour réunir les deux être qui lui sont le plus cher, Avigdor a l'idée de marier Yentl à Hadass.

Il aura fallu 14 ans à Barbara Streisand pour porter à l'écran le roman d'Isaac Bashevis Singer "Yentl Yeshiva Boy) Oeuvre d'une force peu commune, Yentl est la première réalisation de Streisand. Elle injecte en filigrane quelques éléments de sa propre histoire. Entre tragédie et comédie musicale, Yentl est surtout une formidable leçon de courage, un cri du coeur lancé contre l'intolérance qui a été couronné de l'Oscar de la Meilleure Musique pour Michel Legrand et du Golden Globe du Meilleur Film.

Mon avis : ChezVolodia

Nous sommes plongés au sein d'une de ces centaines de bourgades d'Europe Centrale ou le peuple juif a vécu pendant cinq siècles en marge des peuples polonais, austro-hongrois et russes. En ce début du 20ème siècle, dans les shtetls il était impensable qu'une femme étudie, et encore moins les livres saints. Les femmes n'avaient le droit de lire que des magazines (ce que nous appelons  nous magazines à l'eau de rose), des livres de cuisine. Elles ne connaissaient pas l'Hébreu, langue sacrée réservée aux hommes érudits et pour la prière. Les gens du peuple et les femmes parlaient le yiddish.

Ce film nous montre l'émancipation d'une femme , son combat pour être reconnue à égal des hommes, avec tout ce que ça implique comme situations cocasses et incongrues dans ce monde clos, et surtout sans femme

Posté par chezVolodia à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 janvier 2018

Adieu ma concubine de Chen Kaige

Adieu_ma_concubineEnfants, Douzi et Xiaolou se sont liés d'amitié à l'école de l'Opéra de Pékin. Ils ne se sont jamais quittés, jouant ensemble Adieu ma concubine, célèbre pièce de théâtre évoquant les adieux du prince Xiang Yu et de sa concubine Yu Ji et le suicide de celle-ci avant que Xiang Yu ne soit défait et tué par Liu Bang, le futur empereur Gaozou qui fonda en -202 la dynastie Han.

Dieyi - nom de théâtre de Douzi - est homosexuel ; il aime sans espoir Xiaolou qui a épousé Juxian. Désespéré, Dieyi se jette dans les bras d'un mécène, maître Yuan, et sombre dans la drogue.

Mais, toujours, l'amitié et la scène réunissent Dieyi et Xiaolou, en dépit des aléas de l'Histoire. Le coup le plus dur leur viendra du jeune Xiao Si, qu'ils ont adopté et auquel ils ont enseigné leur art.

À cause de lui et de la Révolution Culturelle, ils s'entre-déchireront en public.

Posté par chezVolodia à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 août 2011

La Mauvaise Education - Pedro Almodovar

la_mauvaise_educationSynopsis :

Deux garçons, Ignacio et Enrique, découvrent l'amour, le cinéma et la peur dans une école religieuse au début des années 60. Le père Manolo, directeur de l'institution et professeur de littérature, est témoin et acteur de ces premières découvertes.

Les trois personnages se reverront à la fin des années 70. Ces rencontres marqueront la vie et la mort de l'un d'entre eux.

 

Mon avis : Volodia

Avec ce film,  Almodovar signe sans doute son film le plus noir.  On retrouve de certains thèmes traités par le cinéaste lors de ces précédents opus: Homosexualité, amour, trahison et mensonge. Si "Tout sur ma mère" ne comptait presque que des rôles féminins et bien là c'est l'inverse c'est un monde entièrement masculin qui nous est présenté.

 Le film est survolé par la prestation à la fois angélique et perverse de gaël garcia Bernal, ce sentiment est renforcé par la mise en scène qui le sacralise un peu plus. Il faut signaler que ce film bénéficie d'un scénario vraiment remarquable. On peut ne pas aimer, mais force est de constater qu'on a affaire à une oeuvre de grande qualité

 

Posté par chezVolodia à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2009

Victor et Victoria de Blake Edwards

512victorParis 1934. Après une nouvelle audition ratée, Victoria Grant fait la connaissance de Toddy, un homosexuel au grand coeur. Touché par sa misère, il lui offre l'hospitalité et élabore un plan des plus fous :

Puisque personne ne veut de Victoria en chanteuse, elle deviendra ... chanteur ! Rebaptisé Victor, chanteur au passé de célèbre travesti Polonais. Victoria va rencontrer le succès... Mais tout va se compliquer lorsque king Marchan le roi des night-clubs de Chicago s'éprendra d'elle...

Mon avis : Volodia

Victor-Victoria est un enchantement de tous les instants, mais au-delà, c'est aussi une réflexion douce amère sur la condition féminine. Le public ne s'y trompa pas en faisant du film un triomphe à sa sortie...

Posté par chezVolodia à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 octobre 2009

Cabaret - Film de Bob Fosse avec Liza Minelli

cabaret_cabaret_9901572Berlin, au début des années 30. Une période sombre, qui voit le pays basculer dans le nazisme, Sally Bowles, chanteuse au Kit Kat Klub rêve de devenir une grande vedette.

Elle s'éprend de Brian Roberts, un jeune Anglais
venu perfectionner son allemand. Pour vivre, Brian donne des cours d'anglais et a pour élèves Natalia, une jeune fille juive, et Fritz, un ami de Sally. Tous vont être emportés par les terribles évènements qui se préparent.

Mon avis :

Ce film montre bien l'ambiance de
Berlin entre les deux guerres. Berlin ville de tous les vices, ou règnent dépravation, misère mais également grande liberté de moeurs, et ou les homosexuel et les cabarets de travestis sont légion, qui foisonne d'artistes et d'écrivains. Berlin parfaitement illustrée par les peintures d'Otto Dix et qualifiée par certains de "putain frigide". Comment cette ville croulant sous la crasse et la misère se retrouva au premier plan lors de l'avènement du nazisme. Toute cette jeunesse qui ne croyait plus en rien et, ces vieux qui ne pouvaient accepter la défaite de la guerre 14-18 avec l'inflation due en grande partie aux remboursements des dommages de guerre imposés par les vainqueurs, allaient se rallier à un homme, un seul qui leur promettait de les hisser au rang des Dieux.

Liza Minelli, superbe en danseuse déjanté. Hermut Griem le "maitre de ballet" illustre bien ces hommes qui s'ils ne s'habillent pas en femme dans la rue, se fardent pour sortir et ainsi montrer ce qu'ils sont, faisant des moues et prenant des poses qui savaient, et sans jeu de mots, se tourner d'où venait le vent.

Posté par chezVolodia à 20:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Certains l'aiment chaud - Film (pour tous)

00785954_photo_affiche_certains_l_aiment_chaudDans le Chicago des années 30, deux musiciens de jazz sont témoins d'un règlement de comptes et prennent la fuite, travestis en femmes. Leur route va bientôt croiser celle de la belle et douce Sugar.

Nommé pour 6 oscars et récompensé par l'Oscar des meilleurs costumes, ce classique de la comédie américaine réunit toutes les qualités d'une grand oeuvre : un scénario impécable, l'interprétation irrésistible de Tony Curtis et de Jack Lemmon déguisés en femmes, et mille gags à se tordre de rire, sans oublier bien entendu la présence extraordinaire de Marylin Monroe tour à tout drôle, touchante et fragile.

Mon avis

Un classique du genre. Les dialogues sont particulièrement savoureux et d'un drôle, sans vulgarité aucune. Parfait si vous avez le moral en berne

Posté par chezVolodia à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,