03 janvier 2019

120 battements par minute - Robin Campillo

 

th

Synopsis :

Début des années 90.  Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

Mon avis : ChezVolodia

J'ai attendu sciemment que la battage médiatique de ce film se calme avant de le visionner, voulant me faire mon propre avis sur celui-ci.

En effet, j'ai remarqué que pour la plupart des films traitant de l'homosexualité, du Sida ou autres sujets étant réalisés ou mettant en scène des LGBT, la communauté gay est partiale criant au génie si le films à l'heur de leur plaire ou le vouant aux gémonies s'il ne leur plait pas, en cause une critique ou une remarque jugée déplacée concernant la communauté ou bien si un homme ou une femme ci-genre jouant un rôle de transidentitaire (la communauté transgenre étant particulièrement vindicative).

Bref, ceci expliquant cela, ce n'est que ce week end que j'ai regardé ce fim et je dois avouer en avoir été enchanté. Lors de l'épidémie du Sida en 80 j'avais 7 ans, en 90 j'en avais 10 et donc était capable, même si je ne comprenais pas de quoi il s'agissait exactement, de comprendre que cette maladie était terrifiante dans la mesure ou beaucoup de personnes mouraient et qu'aucun remède n'était en vue (dans les transports, la rue, les gens parlaient de la peste du 20ème siècle. Les restaurants qui avaient un doute sur un ou plusieurs de leurs cliens lavaient leur vaisselle à l'eau de javel) c'est pour dire la peur que la maladie inspirait.

Les acteurs du films, les réunions reconstituées tout sonne juste. Evidemment, l'histoire entre Shean et Nathan est romancée, d'ailleurs, elle n'a pas existé telle qu'elle, puisque Shean le garçon qui prend la place de Cleews Vallay étant en réalité en couple avec un autre garçon que celui suggéré dans le film. De même que Thibault qui représente Didier Lestrade. Lestrade venait de quitter Act-Up et de fait assistait peu aux réunions suite à son départ.

Toutefois, ce qui reste, c'est qu'Act Up est une organisation qui a refusé la fatalité, qui a osé se révolter tout en affichant et revendiquant son identité homosexuelle, et s'est mobilisée pour toutes les personnes confrontées au VIH. Pas seulement les hommes, mais également les femmes, et les exclus de la société (drogués, détenus, étrangers, prostitués(es) et ça c'était nouveau, mettre en exergue ceux qu'on ne voulait pas voir, ceux dont on ne parlait pas, car ils étaient invisibles, ils "n' existaient pas" tout simplement.

Car en plus du drame de la maladie, de la mort physique, il y avait avant celle-ci la mort sociale. Dès qu'une personne disait sa séroposité, plus d'amis, de travail, d'argent et de fait isolée en grand précarité, beaucoup mouraient seuls. Cette bataille il fallait la gagner pour que les personnes malades ne perdent pas toute dignité en plus de la vie.

 

Posté par chezVolodia à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,