Dobro Pojalovat - Films

01 juillet 2020

Les amitiés particulières de Jean Delannoy

3i7kU13nV7FBc21pb0MJ4899hWI

Synopsis :

L'amitié partriculière entre Georges, jeune aristocrate ambitieux et Alexandre, bel étudiant en cinquième année dans un Collège de Pères.

Mon avis : ChezVolodia

Ce film fût le premier film "osé" que je vis alors que j'avais une quinzaine d'années. Lorsqu'il fût tourné, en 1964, on ne prêtait guère attention aux premiers émois des adolescents et l'homosexualité n'était pas encore à la mode. Ce film fit donc scandale et malgré le soin apporté au scénario et l'accord de la censure du cinéma français, il fût dans un premier temps interdit aux moins de 18 ans, interdiction levée depuis.

De nos jours l'émotion provoquée par la réalisation et la diffusion de ce film fait sourire, car tout n'est que beauté et poésie, Oh bien sûr les sentiments troubles de ces deux jeunes gens ne laissent que peu de place à l'interprétation. Mais rien de graveleux (la censure y a veillé) que de beaux sentiments, de la gentillesse. Lorsque Alexandre, demande à Georges s'il connaît les choses qu'ils ne faut pas savoir, et si celles-ci l'intéressent, il répond honnêtement, ce qui rassure le plus jeune.

Avec le temps, reste à savoir si les sentiments éprouvés par eux, seraient restés purs ?, mais là n'est pas la question. Dans ce film il n'est question que d'amour sincère à un âge ou le corps change provoquant confusion, et ou on se cherche avant de s'affirmer. 

Dans ce film, l'amitié de Georges se concrétise par des fruits glissés sous une serviette, des regards inquiets lorsque Alexandre est puni, des gestes d'attention lorsque le plus jeune se blesse et des cheveux entremêlés lors d'une leçon de piano. Lorsque leur "idylle" est découverte, Georges plus mature essaye de protéger son jeune ami, par tous les moyens, y compris la remise des billets reçus de lui. Alexandre plus jeune, a la sensibilité exacerbée, et qui s'est investi corps et âme dans cette amitié, croit qu'il fait preuve de lâcheté. Lui qui lui a confié un jour qu'il l'aimait plus que sa vie, fera sacrifice de la sienne sur l'autel d'un amour qu'il croit perdu.

Posté par chezVolodia à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


31 mai 2020

Call Me By Your Name - Luca Guadagnino

4076138

Synopsis :

Eté 1983, Elio Perlman (Timothée Chalamet) 17ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIème siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia.

Un jour, Oliver (Armie Hammer), un séduisant américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d'Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l'éveil du désir, au cours d'un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais.

Mon avis : ChezVolodia

Ce film nous est présenté comme un chef d'oeuvre, un film sublime, superbe et sensuel, récompensé par l'oscar du meileur scénario... et blablabla.

Hum, j'y ai vu autre chose. Ce film n'est pas une gentille bluette, mais plutôt un arrangement du livre, de André Aciman, destiné à plaire à la communauté homosexuelle qui y verra ce qu'elle aura envie de voir.

Une famille de classe sociale privilégiée et intellectuelle, reçoit chaque année un étudiant étranger durant quelques semaines, qui contre le gîte le couvert, aide le père de famille à retranscrire ses recherches. 

Cette année c'est au tour d'Oliver Universitaire américain d'une vingtaine d'années, de venir passer quelques semaines, chez son Directeur de Thèse. Il y occupera la chambre d'Elio, le fils, relégué pour l'occasion dans une autre pièce de la villa mais contigüe à son ancienne chambre, avec salle de bain commune.  Elio est impressionné par Oliver, sa désinvolture, son assurance, le fait qu'il soit juif comme lui,  et par ce qu'il ressent envers lui et qu'il ne comprends pas. 

Oliver quant à lui, essaye de plaire à tout le monde et observe le manège d'Elio, qui recherche sa compagnie tout en le battant froid. Qui des deux cèdera ?  Elio est de plus en plus obsédé par Oliver, alors que par ailleurs, il a une mourette avec Marzia - une jeune fille de son âge, disponible -  qu'il concrétise un soir, un peu rapidement....

Au cours d'une promenade, il avoue à Oliver éprouver des sentiments pour lui. Celui-ci refuse refuse, puis finit par répondre aux sollicitations de son jeune hôte. Le lendemain Elio est désorienté, ne sachant plus  ou il se situe entre Marzia et Oliver.

Hum pour aussi charmante que cette histoire nous est contée dans le fim, elle m'a un peu déçu. J'ai beau savoir que le film est souvent différent du livre dans la mesure ou en 1h 1/2 voir 2 h le réalisateur est obligé de mettre en exergue les sentiments des uns et des autres, qui dans un livre sont développés sur plusieurs pages et dont la durée de lecture est bien supérieure au film. Mais, ou je ne suis pas d'accord, c'est lorsque le réalisateur dit adapter le film d'un livre, et qu'il en change le sens, en faisant impasse sur certains aspects du livre qui, à mon sens, ont leur importance, et c'est ce qui s'est passé. 

Qu'en est-il du dégoût éprouvé par Elio après la nuit passée avec Oliver ? de la complicité des parents et surtout du père d'Elio qui bien que s'apercevant du manège des deux garçons laisse faire, voire se montre quelque peu complaisant ? 

Ce film, par certains côtés, m'a fait penser à celui du "Jardin des Finzi Contini". Une famille juive de la grande bourgeoisie, intellectuelle, résidant dans une magnifique demeure en Italie et ne pratiquant sa religion que pour les fêtes religieuses.  Un personnel en nombre conséquent pour décharger les hôtes et les visiteurs des contingences matérielles.  Mais là s'arrête la comparaison, ce qui me direz-vous est déjà pas mal. 

Pour finir, j'aurais pu mieux apprécier ce film, voire le porter aux nues comme tant d'autres si je n'avais lu le livre avant. De fait, bien que je l'ai aimé, je ne peux dire en être totalement satisfait.

Posté par chezVolodia à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 mai 2020

L'année des Treize Lunes (interdit moins de 16ans) Public averti

1094000_1481746Durée / Année / Type Drame Humain
124:00 / 1978 / DVD

Réalisateur
Rainer Werner Fassbinder

Acteur(s)
Volker Spengler, Ingrid Caven, Gottfried John

Synopsis :

Sur une rive du Main, à Francfort, deux homosexuels se rencontrent. Après un premier contact, l'un d'eux s'aperçoit qu'il est avec une femme et la frappe.

Battue, humiliée, Elvira rentre à son domicile, où, à sa grande surprise, elle apprend que son ami veut la quitter définitivement. Elvira l'implore de revenir sur sa décision, sans succès. Observant Elvira, qui vient d'être renversée par la voiture de Christoph, une prostituée, "Zora la Rouge" lui vient en aide.

 

Mon avis : Chez Volodia

Elvira lui raconte son histoire, autrefois, elle était un garçon appelé Erwin. Orphelin, il fut élevé dans un couvent avant de devenir apprenti-boucher. Il se maria avec Irène, la fille de son patron, eut une petite fille avant de rencontrer un certain Anton Saitz qui l'impliqua dans d'obscurs trafics de viande. Fasciné par le personnage, Erwin resta un an en prison sans trahir Anton. L'aimant, il alla même jusqu'à Casablanca afin de subir une opération qui en fit une femme... ce qui laissa Anton totalement indifférent. 

Après une tentative de suicide, Elvira avait perdu de vue Anton et s'était mise à faire le trottoir avant de rencontrer Christoph. Accompagnée de "Zora", Elvira part sur les traces de son passé, revoit Sœur Gudrun, qui se souvient très bien du petit Erwin, puis retrouve Anton Saitz, aujourd'hui l'un des hommes les plus importants de la ville. 

Dans son appartement, Elvira surprend Anton et "Zora" enlacés. Reprenant une apparence d'homme, elle va supplier Irène et Marie Anne, sa fille, de reprendre la vie commune; mais elles s'y refusent..

Dans ce film, toute la tragédie d'une transexuelle qui n'arrive pas à assumer son choix et est obligée de vivre dans une enveloppe corporelle qui ne lui correspond pas. 

Terriblement seule, elle ne ne peut continuer à vivre dans ce nouveau genre, celui-ci lui étant devenu insupportable. Elle ne peut recouvrer l'ancien son intervention chirurgicale empêchant tout retour à son ancienne vie.  Ne voyant pas d'issue à sa situation, elle met fin à ses jours.

Scènes particulièrement "éprouvantes" filmées dans les abattoirs de Francfort. On ne peut rester insensible à l'histoire de Elvira. Très beau film à voir et à revoir mais avec un moral d'acier..

Posté par chezVolodia à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mai 2020

L'inconnu du lac de Alain Guiraudie

téléchargement (1)

Synopsis :

L'été. Un lieu de drague pour hommes, caché au bord d'un lac.

Franck tombe amoureux de Michel. Un homme beau, puissant et mortellement dangereux. Franck le sait, mais il veut vivre cette passion.

 

Mon avis : ChezVolodia

Une plage aménagée autour d'un lac, ceinturé par la forêt, loin des habitations. Des hommes se croisent, après quelques mots, ils finissent par se rejoindre dans les sous bois pour une consommation de sexe furtive et rapide.

Franck, vient chaque jour y poser sa serviette, dans l'espoir de rencontrer peut être pas l'amour avec un grand A, mais un homme pouvant faire un bout de chemin avec lui. Il y rencontre Henri, bûcheron en vacances, que sa femme a quitté il y a deux ans, et qui lui, ne vient ni pour faire du naturisme, ni pour draguer, mais qui aime converser.

Il y rencontre également Michel, un homme bien fait de sa personne, qui lui plait au premier regard. Un soir alors qu'il se retrouve sur une hauteur, seul dans la forêt, il aperçoit deux hommes en train de nager dans le lac, tout à coup, l'un des deux noie l'autre. Bouleversé par la scène qu'il a surpris Franck ne pense qu'à s'éloigner.

Le corp du noyé est retrouvé deux jours plus tard. Il s'agit de Pascal, le partenaire du moment de Michel. La mort paraissant suspecte, une enquête est ouverte.  Franck toujours sous le charme de Michel ne dit rien à l'inspecteur et répond aux avances de Michel malgré le danger qu'il représente....

Henry très observateur et pour protéger Franck le met en garde contre Michel, mais celui-ci arrivant entre-temps, il quitte Franck pour Michel et s'installant plus loin sur la plage, lui fait comprendre qu'il sait ce qu'il a fait, puis il s'éloigne dans la forêt.

Un peu plus tard, Franck qui nageait dans le lac s'étonnant de ne plus voir sur la plage Henri et Michel, part à leur recherche dans les sous bois. Il voit Michel quitter un buisson d'épineux dans lequel il retrouve Henri égorgé. Terrifié, il s'enfuit poursuivi par Michel qui tombe à l'improviste sur l'inspecteur chargé de l'enquête, et qu'il poignarde tout en continuant à chercher Franck lui assurant qu'il a besoin de lui, qu'il ne lui fera aucun mal. Tapi dans les buissons, Franck voit passer le tueur, le chercher ailleurs, puis s'éloigner ...

Je n'ai pas compris l'angouement suscité par ce film, qui m'a laissé sur ma faim. Aucune réponse quant à la suite de l'histoire : Pourquoi Michel a tué, la première fois ? la seconde ok c'est pour ne pas être dénoncé, mais la première ?

Ce film parle de rencontre homosexuelle, est-il indispensable, de nous montrer des mecs nus sur une plage avec le service trois pièces en gros plan ?  des scènes de sexe (ou plutôt de baise) en intégralité, également en  gros plan ? et je ne parle même pas des dialogues limités à des grognements et des aaaaaaaaaaaaa.

Qu'advient-il de Franck une fois le jour revenu ? que devient Michel ?

Ce film veut-il mettre l'accent sur la dangerosité des personnes qui fréquentent ces lieux interlopes ? 

Je n'ai sans doute pas compris le sens de ce film. A vrai dire j'aurais préféré un véritable thriller. Au lieu de cela on m'a servi un film bâtard entre porno et intrigue. Bref, comme beaucoup de films destinés à la communauté homosexuelle, du moment qu'il y a du cul, ils sont portés au nues par les magazines et sites dédiés, y compris par les hétéros pour qui voir deux homos baiser ensemble assouvis leur phantasme de connaître la sexualité gay. Ce film ne me laissera pas un grand souvenir.

 

 

Posté par chezVolodia à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 mai 2020

La ville dont le prince est un enfant de Christophe Malavoy

téléchargement

Synopsis : 

Dans un collège  catholique, l'amitié passionnée de deux élèves, Servais et Souplier, éveille la jalousie de l'Abbbé de Pradts, secrètement fasciné par le jeune Souplier. Pour évincer son rival, il lui tend un piège dans lequel il finira par être broyé.

 

Mon avis : ChezVolodia

Adapté du livre de Henri de Montherlant, ce film a des allures communes avec "Les amitiés particulières" de Roger Peyrefitte. Mais ces deux écrivains étant amis et chassant le même gibier, quoi de plus naturel que les histoires se ressemblent. Il semblerait toutefois, que cette histoire soit inspirée de l'adolescence de Montherlant et particulièrement de son renvoi du Collège Ste Croix de Neuilly en 1912. Lui même représenté sous les traits de André Servais et Serge sous ceux de Philippe Giquel.

Toujours est-il que dans ce film, deux jeunes gens ne se ressemblant pas, tant au niveau social que de caractère se lient d'amitié. Servais, d'un milieu bourgeois au caractère posé et réfléchi, et Souplier plus jeune, issu d'un milieu plus que simple, plus espiègle voire effronté, et doté d'un sérieux sens de la répartie. Ne dira-t-il pas, lorsqu'un professeur lui fait la remarque de trous dans son pull. "...Ce ne sont pas des trous, mais des  ouvertures".

Cette amitié, une de plus dans ce collège, a été remarquée et surveillée de près par l'Abbé de Pradts, lui aussi tombé sous le charme de Souplier.  Ne pouvant supporter, pour des raisons ambigües l'amité de ces deux jeunes gens, il se sert de son autorité pour manipuler le plus âgé au motif de "protéger" le cadet. Le plan échoue et l'Abbé de Pradts emporté par la passion, fait renvoyer Servais sous le prétexte fallacieux de ne plus avoir le niveau scolaire requis pour fréquenter l'école. Mais bientôt, l'Abbé se trouvera entraîné par les éléments qu'il a lui-même déclenchés.

De nos jours l'histoire a un peu vieilli, bien que les passions restent les mêmes. Ce qui change, c'est la manière dont elles sont exprimées...

 

Posté par chezVolodia à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 avril 2020

Le Cercle - Stefan Haupt

téléchargement (1)

Synopsis :

Le film raconte l'histoire du réseau social créé autour de la revue zurichoise « homophile » Der Kreis qui a été publiée de 1943 à 1967 et distribuée internationalement. Le film se concentre particulièrement sur l'histoire d'Ernst Ostertag et de Röbi Rapp dans les années 1950 et 1960 

 

Mon avis : ChezVolodia

Zurich, 1958. Ernst professeur dans un collège de jeunes filles est un lecteur assidu du Club, une revue homosexuelle trilingue. 

Le magazine organise des soirées très courues et c'est au cours de l'un d'elles que Ernst rencontre Röbi, chanteur travesti. Commence alors une histoire d'amour passionnée qu'ils doivent cacher - Les parents de Ernest n'étant pas particulièrement tolérant, idem quant au Directeur du collègue ou Ernst est employé qui exige un certificat de bonnes moeurs pour le titulariser.

Pendant ce temps, le Club attaqué de toutes parts, vit son déclin, en raison de voyous se livrant, déjà, à des trafics de drogues, à la prostitution et au chantage. Car même en Suisse, qui n'a pas comme l'Allemagne d'Article 175 relative à l'homosexualité, et réputée tolérante, difficile d’échapper à la montée de la haine en Europe : une série de meurtres homophobes va bizarrement placer la communauté et le club en position non de pas de victimes, mais de menace.

L'intérêt de ce film en plus de l'histoire réside dans le fait qu'il a été réalisé avec interview documentaire de Ernst et Röbi, à présent âgés et résidant toujours à Zurich. Grâce à l'avancée de nos droits, et n'osant encore y croire, ils se sont mariés à plus de 70 ans.

 

Posté par chezVolodia à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 janvier 2020

Les crevettes pailletées - Cédric LE GALLO & Maxime GOVARE

les crevettes pailletées

Synopsis :

Après avoir tenu des propos homophobes, Mathias Le Goff vice champion du monde de natation, est condamné  à entraîner "Les Crevettes Pailletées", une équipe de water-polo gay, davantage motivée par la fête que par la compétition.

Cet explosif attelage va alors se rendre en Croatie pour participer au Gay Games, le plus grand rassemblement sportif homosexuel du monde. Le chemin parcouru sera l'occasion pour Mathias de découvrir un univers décalé qui va bousculer tous ses repères, et lui permettra de revoir ses priorités dans la vie.

Mon avis : ChezVolodia

J'ai mis beaucoup de temps avant de visionner ce film. En cause l'affiche et le générique se voulant raccoleur, ainsi que le battage médiatique fait par les différentes organisations LGBT dont je me méfie, souvent à juste titre, de leur partialité.

Ceci dit, l'affiche et le générique du film ne font pas honneur à son contenu. Je pensais, affligé, à une "grosse farce" mais que nenni. Ce film est magnifique.

On y retrouve le beauf hétéo qui sans être particulièrement homophobe, a la tête remplie de clichés qui lui font dire n'importe quoi devant un public. Le militant pur et dur, d'un âge certain et aigri, qui défend bec et ongles la cause gay, en refusant d'intégrer toute personne qui s'égare dans ses propos, ainsi que les trans mtf au motif qu'elles n'ont plus les attributs d'un homme. Le jeune timide et coincé, rejeté de sa province et venu sur Paris dans l'espoir d'anonymat. Un autre, en couple gays marié et père de deux bébés, qui pour s'entraîner et participer aux Gay Games met son couple en danger. La folle qui met de l'animation pas toujours de bon aloi, la transsexuelle qui s'épanouit depuis sa renaissance dans le genre souhaité, mais qui ne trouve plus vraiment sa place aussi bien chez les hommes que chez les femmes, etc...Le garçon dont la relation s'est terminée mais qui ne s'en remet toujours pas, et celui qui a rompu cette relation en raison d'une grave maladie, pour préserver son indépendance et son compagnon.

Tout ce petit monde joue un rôle et s'évertue à assumer les difficultés quelles qu'elles soient . L'arrivée de ce nouvel entraîneur, tout d'abord contesté et imposé par le leader de leur petite équipe, va les motiver, leur donner une raison de gagner tout d'abord vis à vis des "déménageuses" lesbiennes radicales (plus butch qu'elles y a pas) puis  de gagner les Gay Games. Quant à l'entraîneur c'est son billet de retour à la compétition olympique traditionnelle  qu'il joue.

Les Crevettes Paillettées gagneront ces fameux jeux, mais la compétition se terminera de manière dramatique par la perte de leur leader dont le cancer aura la peau. Son enterrement est une pure merveille, car refusant la tristesse, les costumes de deuil, ils lui feront des obsèques à l'image de leur vie et de son engagement. La musique du générique de fin est superbe.

 

Posté par chezVolodia à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 novembre 2019

Les amours imaginaires - Xavier Dolan

 

images

Synopsis :

Deux inséparables, Francis (Xavier Dolan) et Marie (Monia Chokri), tombent sous le charme d'un bel adonis (Niels Schneider) qui va cristalliser autour de lui les fantasmes et sentiments amoureux des deux amis.

Les amours réelles ou imaginaires mettent à l'épreuve cette jeunesse éternelle. Les amitiés et espérances d'une génération en sortiront-elles indemne ?

 

Mon avis : Volodia

Amitié, amour, ou se trouve la limite pour des laissés pour compte des sentiments. Amitié qui s'effrite au contact d'une rivalité vraie ou supposée. Un jeune homme ignorant les sentiments qu'il inspire se montrant innocemment charmant avec l'un et l'autre, puis lorsqu'il comprend  le quiproquo engendré, s'éloigne n'étant attiré ni par l'un, car non homosexuel, ni par l'autre  qui s'accroche.

J'ai trouvé ce film plaisant à regarder, les sentiments ambigüs de l'amour/amitié bien mis en exergue.

 

Posté par chezVolodia à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 septembre 2019

Brace Trans Short Film - Jake Graf

MV5BMTQwODQ4MzY0MV5BMl5BanBnXkFtZTgwNjc4MjE2MTE@

Synopsis :

Savez-vous vraiment de qui vous tombez amoureux ?

Lors de sa première incursion sur la scène gay florissante de Londres, Adam nouvellement célibataire, rencontre Rocky, un charmant et mystérieux vagabon, avec qui il partage une chimie instantanée et immédiate.

Dès le début, Rocky a hâte de révéler plus de lui-même qu'Adam est prêt à le faire. Ils ont donc maintenu un pacte de silence inconfortable. A mesure que le couple se rapproche, quelque chose doit donner et la vérité sur Rocky est révélée de manière explosive. Alors que la poussière retombe, les hommes sont livres de décider s'ils peuvent s'accepter mutuellement en faisant face à la vérité sur eux-mêmes.

Mon avis : Chez Volodia

Ce film ne peut laisser indifférent. Violent dans les sentiments, les ressentis, les attitudes et les gestes, il met en exergue les difficultés des transgenres, dans les aspects les plus ordinaires de la vie.  En l'occurrence pour ce film, d'un ftm gay, qui voudrait mais ne sait comment dévoiler sa condition auprès d'un partenaire cis-genre. Le désir présent entre les deux garçons, avec en suspens, l'incompréhension et la peur du rejet .

Bien que j'ai trouvé ce film surprenant par son honneteté, les difficultés étant bien expliquées et malheureusement bien réelles. Y compris la violence qui en découle lorsque le partenaire se rend compte qu'il a devant lui un homme différent de ce qu'il attend. 

J'ai toujours du mal avec ce sujet, à savoir que pour moi qui suis "affreusement" binaire, un homme c'est un tout, le mental et le physique et là je peux facilement me mettre dans la peau du gars qui rejette. En effet, si je n'épouvre aucune difficultés à cotoyer des transgenres masculins en toute amitié, il en aurait été et/ou il en serait tout autrement s'il s'agissait d'avoir une aventure voire une histoire plus sérieuse surtout en tant que gay !

Alors évidemment, je vois d'ici les critiques, oui tu es transphobe, oui tu ne penses qu'au sexe, oui si tu aimais vraiment tu ne t'arrêterais pas à ces considération, etc.... Alors oui, peut être suis-je transphobe, mais je ne pense pas qu'au sexe, celui-ci fait parti de ma vie, et lorsque j'aime je désir, et je ne peux désirer sans amour.  Après, vous me direz que je peux très bien croiser un homme trans, éprouver pour lui des sentiments sans savoir qu'il est trans. Hum possible, mais s'il est honnête il annoncera la couleur  et/ou si je m'en aperçois dans  les deux cas, même si j'essaie de ne pas être désagréable (malgré la frustration) je risque de le blesser par mon refus, étant strictement homosexuel et non bisexuel.

 

Jake graf

A propos de l'auteur :

Jake Graf est né à Londres. Acteur, écrivain et réalisateur transgenre. Spécialiste des courts métrages traitants des questions transgenres dans le but de normaliser les expériences queer et trans à un public plus large et plus traditionnel.

Beaucoup de ses films soulignent les expériences quotidiennes des hommes trans. Son épouse est trans (mtf).

Posté par chezVolodia à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 juin 2019

Noor - Cagla ZENCIRCI & Guillaume GIOVANETTI

118340

Synopsis :

Un Road-Movie au coeur de la communaté transgenre pakistanaise !

Noor veut être un homme, il ne fait plus partie des Khusras, la communauté des transgenres du Pakistan. Et il a définitivement tourné la page de l'histoire d'amour qu'il a eu avec l'un d'entre eux.

Désormais, il a un travail d'homme dans un centre de décoration de camions, et il sais ce qu'il veut : trouver une femme qui l'acceptera tel qu'il est...

Mon avis : Indiangay

Noor a obtenu ce travail grâce à un ami de son père décédé. Analphabète, il a aimé, il y a longtemps une femme, ou plutôt une hijra et c'est par amour pour elle, qu'il a accepté de lui aussi devenir hijra. 

Son passé se résume à sa vie avec elle, à leur statut de hijras, qui les faisaient se produire en tant que danseuses dans les mariages, les naissances.  

Mais, il ne veut plus de cette vie là, il veut redevenir ce qu'il était, avant, avant la rencontre avec celle avec qui il qui partagea sa vie, et qui pour le garder, le fit transformer en hijra sciemment, afin qu'il ne soit plus un homme, mais pas non plus une femme, qu'il ne soit qu'un "entre deux " méprisé des deux sexes. 

Pour ce faire, il prie Allah de le faire redevenir un homme, et consulte chaque jour un fakir qui lui donne des potions afin de retrouver un semblant de virilité physique, en l'occurrence de la barbe, il lui parle également d'une magnifique contrée, loin aux confins du Pakistan où se trouve un lac, dans lequel il suffit de se baigner pour voir ses voeux exaucés. 

Une nuit après une altercation avec un routier ivre qui a essayé de le violer, Noor vole un camion et part sur les routes du Pakistan trouver la fameuse vallée et son lac qui lui permettront d'être à nouveau un homme. Ce voyage est l'occasion diverses rencontres : avec des derviches, une femme qui a fuit son époux, etc...

Digressions :

Contrairement à l'Inde ou au Bangladesh ou les hijras sont reconnus comme troisième sexe, et peuvent bénéficier d'une aide de l'Etat pour des soins, des bon alimentaires, d'une insertion professionnelle qui les sortira de leur condition et surtout de la prostitution qui malheureusement les attends en vieillissant, les khawajasiras du Pakistan n'ont vu leur statut reconnu que le 07.05.2018

Après il est vrai que le statut de hijras tel qu'on l'entend chez les indhus est différent puisque religieux, de ce qu'il regroupe à présent et que la communauté homosexuelle essentiellement des pays européens s'est appropriée et qu'elle a transformé en "fourrre tout", eunuchs, hermaphrodites, travestis, transgenre, queer, homosexuels, et que sais-je encore...

Posté par Indiangay à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,